L’itinérance douce, levier de développement durable

L’itinérance douce, levier de développement durable

Face aux nouveaux défis imposés par le changement climatique, à l’heure où les consciences s’éveillent et où les comportements évoluent, le monde du tourisme doit se réinventer et s’adapter.

Ce secteur d’activité se place en effet comme un levier formidable de développement durable des territoires, tant sur le plan économique, social et environnemental. Parmi les nouvelles formes de tourisme alternatif qui ont pu se développer ces dernières années, l’itinérance douce (aussi appelée slow tourisme) se démarque et séduit, en particulier sur les territoires ruraux et montagnards. Cette opportunité de développement touristique a été saisie, parmi d’autres destinations, sur le Massif des Vosges, avec le projet des Grandes Échappées Vosgiennes

La randonnée itinérante, une pratique en plein essor

En France, la randonnée pédestre se place en 1ère position des activités sportives pratiquées par les Français. La randonnée itinérante réunirait quant à elle plus d’1,2 millions de pratiquants ! De quoi offrir aux territoires ruraux de belles perspectives ! Cette pratique présente en effet toutes les conditions de réussite pour développer un tourisme durable et semble répondre pleinement aux nouvelles aspirations de nombreux visiteurs, en quête de ressourcement et de grands espaces…

De par sa nature, l’itinérance douce propose de découvrir une destination au fil d’un parcours défini en utilisant un moyen de déplacement non motorisé : à pied, à vélo, à cheval, en kayak ou encore en raquettes… Les impacts négatifs sont moindres avec ces mobilités douces et permettent à ceux qui s’y essayent pendant leur séjour d’appréhender pleinement un territoire et ses richesses.

| Des bénéfices durables pour les territoires

Les bénéfices générés sur les territoires traversés par des itinéraires de randonnée sont multiples et profitent à une grande diversité d’acteurs : hébergements, restaurateurs, offices de tourisme, accompagnateurs en montagne, prestataires d’activités et de visites, associations… Les randonneurs en itinérance sont amenés durant leurs étapes à aller au cœur des territoires, du petit commerce de proximité au grand site touristique incontournable.

Grâce à cette pratique touristique, les retombées économiques sont réparties de façon équilibrée entre les nombreux acteurs concernés, avec un étalement intéressant de l’activité sur les ailes de saison (d’avril à octobre environ). La surfréquentation sur certains sites touristiques est aussi limitée, puisque ces derniers ne constituent que des points d’étape sur le parcours des itinérants.

Sur le plan environnemental, la randonnée itinérante, quand elle est réalisée de manière respectueuse, figure comme une pratique douce. Pour commencer, les émissions de gaz à effets de serre des pratiquants sont limitées aux déplacements réalisés pour venir et repartir à la fin de leur séjour. Les espaces naturels étant au cœur de l’expérience, ils permettent en outre aux visiteurs d’être au plus proche de la nature, ce qui place par exemple la pratique comme un levier formidable de sensibilisation à sa préservation…

Côté social, le développement de l’itinérance douce favorise le lien et les échanges entre de nombreux acteurs du territoire concernés par l’itinérance douce, tant publics que privés.  Ce type de pratique permet au final aux randonneurs de vivre une véritable expérience au cœur des territoires traversés : authentiques et au plus près des habitants et de leur convivialité. De surcroît, les itinéraires de randonnée offrent la possibilité aux territoires de valoriser la diversité patrimoniale et culturelle qu’ils recèlent.

| Un défi à relever pour les territoires…

Face à ces enjeux forts de développement et d’attractivité, de plus en plus de territoires se saisissent aujourd’hui de l’opportunité offerte par l’itinérance douce. Mais le défi est de taille pour parvenir à organiser une offre pertinente et de qualité : mise en place d’un balisage uniforme et lisible sur des parcours sélectionnés avec soin, organisation de services adaptés aux randonneurs, développement d’outils d’information et de guidage, promotion des itinéraires…

De nombreux acteurs, tant publics que privés, se trouvent au final concernés par ce genre de démarche de mise en tourisme. Il semble alors essentiel de faire travailler de concert toutes ces parties prenantes, pour parvenir à organiser une offre touristique cohérente et de qualité.

Une mise en réseau essentielle pour développer la pratique

Pour parvenir à construire et promouvoir ce genre d’offre touristique, certaines destinations ont ainsi progressivement structuré un réseau entre les acteurs concernés… Plusieurs font aujourd’hui figure d’incontournable pour les randonneurs itinérants : chemins de Compostelle, chemin de Stevenson (GR®70) ou encore Grandes Traversées du Jura pour n’en citer que certains. Par le biais de stratégies et dispositifs variés, ces destinations ont su mettre en œuvre de véritables démarches structurantes autour d’itinéraires pour les développer et les promouvoir de façon durable.

| Des exemples réussis de mise en réseau

Le chemin de Robert Louis Stevenson est par exemple un modèle réussi d’itinéraire culturel doux. Coordonné par une association en partenariat avec les collectivités territoriales, l’itinéraire valorise le parcours emprunté par le célèbre écrivain écossais qui porte son nom. Chaque année, 6 000 à 8 000 randonneurs arpenteraient ce parcours illustre, générant plus de 4 millions d’euros de retombées économiques chaque année sur les territoires traversés.

D’autres exemples de destinations pourraient encore être cités, comme la démarche engagée dans le Jura avec les Grandes Traversée du Jura et l’Échappée Jurassienne, ou encore celle dans le Massif Central avec la Grande Traversée du Massif Central à vélo…

| Les GEV, réseau d’itinéraires sur le Massif des Vosges…

Dans les Vosges, sur le territoire du Pays de la Déodatie un projet de développement touristique autour d’itinéraires de randonnée pédestre commence à faire ses preuves : celui du réseau des Grandes Échappées Vosgiennes (GEV).

Sur plus de 460 kilomètres, les GEV invitent à fouler les chemins du versant lorrain du Massif des Vosges au fil de 3 boucles GR® de Pays. Depuis 2019, une véritable démarche de mise en réseau des acteurs du territoire a été initiée afin de construire progressivement une offre touristique durable le long des itinéraires… Avec des services variés et de nombreuses possibilités de découvertes patrimoniales pour les randonneurs itinérants, le projet promet de belles perspectives de développement durable sur ces territoires…

« L’itinérance douce est recherchée par des publics en quête de ce que l’on appelle couramment aujourd’hui des pratiques authentiques, là où l’humain et la nature ont encore du sens et de la place. »

Jean Corneloup, sociologue

Suivez les Grandes Échappées Vosgiennes sur les réseaux sociaux :

Contact :

Sophia LEUDIHAC
Chargée de mission itinérance pédestre
Responsable des Grandes Échappées Vosgiennes
– – – 
sleudihac@deodatie.com
03.29.56.71.72

Le réseau des Grandes Échappées Vosgiennes (GEV), un projet durable pour les territoires du Pays de la Déodatie

Le réseau des Grandes Échappées Vosgiennes (GEV), un projet durable pour les territoires du Pays de la Déodatie

Sur plus de 460 kilomètres, les Grandes Échappées Vosgiennes invitent à fouler les chemins du versant lorrain du Massif des Vosges au fil de 3 boucles GR® de Pays. Grâce à une démarche de mise en réseau des acteurs du territoire initiée en 2019, une offre touristique durable se construit progressivement le long des itinéraires…

Avec des services variés et de nombreuses possibilités de découvertes patrimoniales pour les randonneurs itinérants, le projet promet aux territoires du Pays de la Déodatie de belles perspectives de développement durable.

Un réseau de randonnées pour valoriser la richesse patrimoniale

| 460 km d’itinéraires pédestres au cœur du Massif des Vosges

Les Grandes Échappées Vosgiennes (GEV) proposent de découvrir les multiples facettes et richesses de territoires au cœur du Massif des Vosges, le long de trois boucles GR® de Pays, balisées en jaune-rouge. Déclinables au gré des envies, ces itinéraires permettent de satisfaire toutes les envies, de l’itinérance sur un week-end à l’aventure de plus de 12 jours…

Située proche de Strasbourg, Nancy ou encore Metz, la région couverte par les GEV est propice à la randonnée, avec certains reliefs plutôt doux, pouvant convenir à des randonneurs de tous niveaux. Son climat montagnard rend la pratique plus favorable d’avril à octobre, et permet de découvrir une diversité de paysages et milieux naturels. Une partie des GR® de Pays traverse d’ailleurs les terres du Parc naturel régional des Ballons des Vosges, mais aussi de nombreux espaces naturels remarquables.

En chemin, de nombreuses communes incontournables sont traversées et constituent des haltes idéales pour allier randonnées et découvertes patrimoniales. Saint-Dié-des-Vosges, Gérardmer, Épinal, Bruyères ou d’autres localités plus pittoresques réservent de belles surprises aux randonneurs parcourant les GR® de Pays des GEV

| Les GEV : des GR® de Pays comme outil de valorisation…

Il y a plus de 10 ans, le Pays de la Déodatie et ses partenaires ont décidé de travailler ensemble pour valoriser leurs territoires, en s’appuyant sur leurs richesses patrimoniales et les nombreux sentiers pédestres les sillonnant. Après un temps de concertation, le choix fût fait de procéder à la sélection de parcours pédestres sur plusieurs jours, en vue d’une homologation en GR® de Pays avec la Fédération Française de Randonnée pédestre (FFRandonnée ).

Pour choisir les tracés empruntés par ces itinéraires, une analyse complète est réalisée avec l’aide de nombreux partenaires : collectivités territoriales, offices de tourisme, associations de randonnée (Club Vosgien et FFRandonnée) et de protection de la nature, parc naturel régional, services de gestion des forêts et de sécurité, hébergements… Un important travail de concertation est mené à bien pour proposer cette nouvelle offre touristique aux randonneurs sur le Massif des Vosges.

Après plusieurs années de travail, 3 itinéraires en boucle sont balisés GR® de Pays sur plus de 460 kilomètres. Pour les valoriser, un TopoGuide® intitulé « La Ligne Bleue des Vosges – Déodatie et Vologne » est édité en décembre 2014, avec le soutien de fonds européens.

Un réseau d’acteurs engagés pour une offre de qualité

Quelques années après la création des trois GR® de Pays, le besoin d’aller plus loin dans la démarche de valorisation se fait sentir. Le Pays de la Déodatie et ses partenaires décident alors d’engager un réel projet de développement touristique en mobilisant les acteurs du territoire concernés. Sur le modèle de développement d’autres itinéraires de randonnée en France, une démarche porteuse et prometteuse a pu voir le jour au cœur du Massif des Vosges.

| Une volonté d’aller plus loin en impliquant les acteurs du territoire…

En 2019, la volonté de proposer un produit touristique lisible et de qualité le long des GR® de Pays a marqué l’étape suivante : la naissance du projet de réseau d’acteurs autour des itinéraires, plus tard appelé le réseau des Grandes Échappées Vosgiennes

Après une phase d’études et de concertations avec les acteurs incontournables concernés (hébergements et collectivités territoriales), les grandes lignes du projet ont pu être dessinées avec des objectifs engageants et un plan d’actions prometteur.

Sur la base du travail de concertation mené à bien, une demande de subvention européenne (FEDER-FSE) a été déposée et a permis un coup d’envoi officiel de la démarche en janvier 2020. Un poste dédié est créé au Pays de la Déodatie pour coordonner la mise en œuvre du projet, accompagné d’une enveloppe budgétaire pour les dépenses nécessaires à la structuration du réseau et à la communication.

| Des partenaires mobilisés pour développer les itinéraires

Depuis, les acteurs du territoire concernés sont progressivement mobilisés : hébergeurs, accompagnateurs en montagne, prestataires d’activités, lieux culturels ou encore associations locales rejoignent progressivement la démarche. Tous avec la même volonté : œuvrer au développement local et accueillir des randonneurs pour leur permettre de découvrir ce territoire dont ils sont fiers.

Avec la signature d’une charte d’engagement construite collectivement, ce sont près de 120 professionnels qui ont affirmé leur souhait de devenir partenaires du réseau des Grandes Échappées Vosgiennes. Ce document permet de constituer un socle commun autour de valeurs et d’objectifs partagés et offre aux signataires un cadre de référence permettant d’acter leur implication dans le réseau GEV et de bénéficier des retombées positives offertes par la démarche.

Un accueil de qualité est ainsi proposé au fil des GEV, avec un panel de services qui se développent peu à peu : repas, transport des bagages, visites ou prestations d’accompagnement, de nombreuses options sont déjà possibles en fonction des besoins des randonneurs itinérants !

| Une offre complète développée pour les randonneurs itinérants

D’abord, des itinéraires balisés de façon uniforme sont proposés aux randonneurs, avec les balises jaune-rouge caractéristiques des GR® de Pays. Des liaisons vers les communes étapes et points d’intérêts touristiques sont aussi proposées, pour permettre de décliner ou composer son itinérance en fonction de ses envies. A l’aide du dernier TopoGuide® « Grandes Échappées Vosgiennes », les randonneurs peuvent disposer d’un outil clé en main pour organiser leur séjour le long des GEV et s’orienter une fois lancés dans leur aventure…

D’autre part, de nombreux hébergements sont prêts à accueillir les randonneurs le long des itinéraires GR® de Pays ou à proximité : chambres d’hôtes, hôtels, auberges, gîtes et meublés, refuges, centres de vacances, campings ou encore logements insolites. De quoi permettre à chacun de trouver son bonheur pour découvrir le territoire au fil des étapes choisies !

Pour permettre aux marcheurs de randonner plus léger et savourer pleinement leur itinérance, un service de transport des bagages est aussi proposé depuis la saison estivale 2022, en partenariat avec La Malle Postale et des transporteurs locaux.

Plusieurs accompagnateurs en montagne partenaires proposent finalement aux randonneurs des prestations d’accompagnement au fil des GEV, de quelques heures à plusieurs jours sur une variété de thématiques et découvertes.

Suivez les Grandes Échappées Vosgiennes sur les réseaux sociaux :

Contact :

Fiona MIOTTO
Chargée de mission itinérance pédestre
Grandes Échappées Vosgiennes
– – – 
fmiotto@deodatie.com
03.29.56.71.72

Comment bien choisir son professionnel ?

Comment bien choisir son professionnel ?

Vous souhaitez faire réaliser des travaux pour rendre votre logement plus confortable ou pour faire installer des équipements utilisant les énergies renouvelables ?

Professionnels RGE et architectes travailleront à vos côtés pour assurer la maîtrise d’œuvre de votre projet et/ou la réalisation des travaux.

Pour vous aider à sélectionner un professionnel de qualité, les pouvoirs publics, l’ADEME et les organismes représentant les professionnels ont créé la mention fédératrice « Reconnu Garant de l’Environnement » (RGE). Elle renforce les exigences des signes de qualité existants, leur donne un niveau d’exigence commun et une lisibilité accrue. Il existe un listing de professionnel RGE sur le site www.france-renov.gouv.fr, afin d’y voir plus clair dans toutes ces entreprises du bâtiment. Vous pourrez sélectionner dans la zone de recherche, votre commune mais aussi le poste de travaux envisagé.

De plus, nous restons disponibles pour l’analyse des devis, et le contrôle de conformité de ces derniers : 
sduchene@deodatie.com et mmoro@deodatie.com

Comparez plusieurs offres !

Vous recevez parfois des offres de professionnels qui vous semblent intéressantes. Attention à ne pas vous précipiter. Faites réaliser plusieurs devis pour les mêmes travaux, vous pourrez ainsi comparer les prix et les propositions techniques.

A noter qu’une seule et même entreprise peut être RGE sur des postes de travaux différents (une entreprise proposant des prestations d’isolation, peut également installer des VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) par exemple).

Vous êtes la cible de démarchages ?

Soyez vigilant !

Les administrations ne démarchent pas pour les travaux. En aucun cas une entreprise ne peut se revendiquer de l’Anah ou d’un organisme public pour vous démarcher.

Reconnaître les 3 types de démarchage
 :

  • Téléphone : Le démarchage téléphonique est interdit par la loi.

  • Internet : Ne laissez pas vos coordonnées personnelles et identifiants fiscaux sur les sites internet de rénovation. Avec ces informations, un tiers malveillant pourrait demander des aides d’État à votre place. 

  • À domicile :

    • Ne signez rien lors de la 1 ère visite
    • Prenez le temps de faire des devis comparatifs. Prenez contact avec un Conseiller France Rénov’, qui pourra vous orienter vers des artisans locaux.
    • Veillez à ce que le délai de rétractation de 15 jours soit mentionné sur les documents.
    • Ne donnez jamais vos informations personnelles lors d’un démarchages. Le démarcheur ne doit pas repartir avec des copies de vos informations fiscales, vos revenus, etc.

Maison de l’Habitat et de l’Énergie

Conseils techniques :
03.29.56.75.18

Éligibilité aux dispositifs d’aides :
03.29.58.47.56

Actualités – Habitat, énergie et rénovation :

La requête actuelle ne contient aucun message. Veuillez vous assurer d’avoir publié les éléments correspondant à votre requête.

Résultat d’audit énergétique de 32 écoles du territoire

Résultat d’audit énergétique de 32 écoles du territoire

Dans le cadre du projet ACTEE-MERISIER portant sur la rénovation des écoles, 15 communes du territoire ont pu bénéficier d’une subvention pour effectuer des audits énergétiques. Ce sont au final 32 écoles qui ont effectué cette étude.

Des visites techniques ont eu lieux durant les mois de septembre et octobre. Les résultats d’audits ont été partagés avec les communes en présence des auditeurs et de l’ATD88, AMO sur ce projet. Ces restitutions ont permis aux 15 communes d’avoir un état lieux précis de leurs écoles, mettant en avant les points faibles comme les points forts de chaque bâtis, systèmes de production de chaleur, ventilation, éclairage, …

Les auditeurs ont proposé différents scénarios d’investissement pour réduire les consommations d’énergie : allant d’actions à court retour sur investissement (inférieur à 13 ans), de l’application du décret tertiaire jusqu’à l’économie d’énergie maximum, montrant ainsi aux communes un panel divers d’investissements et des projections à court, moyens et long terme.

Sur l’ensemble des écoles auditées, une forte disparité des performances énergétiques est notable : de par les différences d’années de constructions de celles-ci mais également par certains efforts soulignés sur les rénovations thermiques, la mise à jour des technologies de chauffage, le passage progressif au LED, et encore bien d’autres actions…

Cette étape du programme ACTEE-MERISIER, dressant un bilan de l’état actuel des écoles, permet aux communes lauréates d’obtenir une vision claire des rénovations possibles et envisageables financièrement. Le programme continuera avec des études de faisabilité et l’accompagnement des communes qui auront choisi de passer à l’acte et réaliser des rénovations sur leur(s) école(s).

Contact :

Zacharie BECKER
Conseiller en Énergie Partagé
– – –
03.29.52.45.83
zbecker@deodatie.com

La commune de Fraize agit pour l’insertion de produits locaux !

La commune de Fraize agit pour l’insertion de produits locaux !

Sur la Communauté de Communes Bruyères Vallons des Vosges et la Communauté d’Agglomération de Saint-Dié-des-Vosges (soit 111 communes), 47 communes possèdent au moins un lieu de restauration et pour l’ensemble des structures de restauration collective, on dénombre 31 fournisseurs de repas.

La restauration collective représente plus de 2 600 000 repas par an sur le territoire couvert par ces deux EPCI, soit plus de 460 tonnes de produits consommés par an !

La commune de Fraize entame une démarche de développement des circuits courts pour sa restauration collective !

La cantine scolaire de Fraize est la seule du territoire à fonctionner en régie. Cette gestion directe implique la préparation des repas sur place sans passer par un prestataire de service extérieur. Une cuisinière et une aide cuisine œuvrent chaque jour pour préparer entre 110 et 120 repas.

Soucieux d’améliorer la qualité du service et de le rendre accessible au plus grand nombre, les élus ont répondu en juin 2021 à un appel à projet dans le cadre du plan de relance. La commune a alors reçu une aide financière pour l’achat de matériel de cuisine.

Aujourd’hui, les repas sont préparés dans la cuisine centrale. La commune se fournit auprès d’un boulanger et d’un boucher de la commune. Les fruits, les légumes et l’épicerie sont quant à eux achetés par l’intermédiaire de la société API restauration. Le marché arrivant à échéance fin 2022 a été vu comme une opportunité de repenser le système. Un groupe de travail a alors été constitué dans le but de réfléchir à la manière d’allier marché public et produits locaux de qualité dans ce projet communal.

Un projet coconstruit avec le Pays de la Déodatie

Un accompagnement coconstruit par la commune, le PETR et la Chambre d’Agriculture a été proposé : une analyse du territoire, du marché et un sourcing ont permis d’identifier l’offre disponible sur le secteur de Fraize (produits, saisonnalité, quantité, disponibilité, signes de qualité) et de prendre contact avec les producteurs individuels ou organisés en collectif à partir de toutes les sources existantes (CDA, Pays, Agrilocal). Cette première approche est le début d’un travail partenarial engagé afin d’être une cantine innovante et moderne !

Témoignages et objectifs

« L’objectif principal est de continuer à proposer un service de restauration scolaire de qualité et à un coût abordable aussi bien pour la collectivité que les parents. Les objectifs opérationnels sont de poursuivre les plats faits maison en incluant un maximum de produits bio et de produits commercialisés en circuits courts, d’éviter le gaspillage alimentaire, de soutenir les producteur-ices locaux dès que cela est possible, de former notre personnel et de sensibiliser les enfants.

Nous souhaitons également que notre commune soit référencée « commune pilote » en matière de fonctionnement et puisse être un exemple pour les communes souhaitant un passage en gestion directe. Fédérateur, ce projet est multi partenarial : le PETR, la chambre consulaire, les écoles, le périscolaire, le Centre Animation Jeunesse… »

Résultats et perspectives

  • Un sourcing qui met en lumière le potentiel du territoire : À 20km à vol d’oiseau de Fraize = 37 exploitations pour 46 ateliers de production.
  • Premiers produits locaux insérés dès fin 2022 : œufs, fromages, yaourts, boucherie et boulangerie.

Contact :

Corinne CLASQUIN
Chargée de mission Alimentation
– – – 
cclasquin@deodatie.com
03.29.56.75.17

Comment faire des économies d’eau sur les bâtiments publics ?

Comment faire des économies d’eau sur les bâtiments publics ?

Dans le cadre de sa démarche d’adaptation au changement climatique (via le Contrat de Transition Écologique), le Pays de la Déodatie accompagne 4 communes pilotes à la réalisation d’économies d’eau. Une des phases de l’accompagnement concerne les bâtiments publics communaux.

Un audit de 16 bâtiments publics a été conduit entre juin et novembre 2022, sur les communes de Bruyères, Corcieux, Fraize et Moyenmoutier. Le Pays de la Déodatie a mandaté le bureau d’études « Anteagroup », avec le soutien de l’Agence de l’Eau Rhin Meuse.

Suite à une enquête et une visite sur site, plusieurs scénarii ont pu être proposés pour économiser l’eau dans chaque bâtiment.

En recourant au scénario avec le plus faible temps de retour sur investissement (environ deux ans) et en investissant en moyenne 666 euros en équipements et actions hydroéconomes sur leurs 4 bâtiments audités, les communes peuvent réaliser une économie d’eau de 100 m3 par an et une économie financière annuelle de 272 euros.

Quelques exemples d’actions à mener pour économiser l’eau sur les bâtiments publics :

Contact :

Fleur MATTIO
Chargée de mission Adaptation au changement climatique
– – – 
fmattio@deodatie.com
03.29.56.91.14

Appel aux producteurs de notre territoire

Appel aux producteurs de notre territoire !

Dans le cadre du Projet Alimentaire Territorial (PAT), le Pays de la Déodatie contribue à la valorisation des producteurs et accompagne l’insertion de produits locaux dans la Restauration Hors Domicile (RHD).

Lors du lancement du PAT, les agriculteurs en circuit court ont été contactés afin de connaitre les productions en Déodatie, les quantités, les calendriers et le positionnement de chacun au regard de la question de l’approvisionnement en RHD.

Conscient de ne pouvoir être exhaustif dans sa démarche, le Pays de la Déodatie a décidé d’organiser une action visible du plus grand nombre afin de permettre aux producteurs de venir à lui. Un menu local a donc été proposé en partenariat avec les établissements hospitaliers du territoire (voir l’article).


Un appel a ainsi pu être lancé aux producteurs du territoire :

Des portraits ont été déclinés en plusieurs formats : des affiches individuelles et collectives ainsi qu’une vidéo. Pour favoriser la circulation de cette campagne, la communication a été relayée par divers médias : Vosges télévision, Vosges Matin-Bruyères, Saint-Dié info, etc.

Suite à la première vague de contact, un noyau moteur et compatible s’est constitué pour relever le défi d’intégrer des produits locaux dans les établissements hospitaliers du territoire :

Laure GUILLOT (Un brin de cueillette)

Productrice et cueilleuse de plantes médicinales et aromatiques, elle propose une large gamme : tisanes, vinaigres, aromates, pesto, cosmétiques, etc.

www.unbrindecueillette.fr
06.23.79.78.77 – laureguillot@unbrindecueillette.fr

Stéphanie MARAND et Jérôme BRUNAT (Les biquettes des Merlusses),

Éleveurs de chèvres de Lorraine, ils transforment le lait en yaourts et fromages.

www.biquettes-des-merlusses.fr
06.85.53.33.07
lesbiquettesdesmerlusses@gmail.com
Page Facebook

Sébastien COUSTEUR (Fromagerie du Lac, Les yaourts de Salm)

Producteur de yaourts fermiers BIO, il produit également des fromages au lait de foin BIO.

www.lesyaourtsdesalm.com
www.fromageriedulac.fr
06.74.73.35.63
cousteur.sebastien@orange.fr
Page Facebook

Benjamin CLEBSATTEL (Les Jardins de Galilée)

Responsable des Jardins de Galilée, est également encadrant technique sur la structure. Ce lieu possède plusieurs facettes :

  • Un outil d’insertion par la production de fruits et légumes en agriculture biologique
  • L’accompagnement des salariés sur différents projets de formations, diplômes, recherche d’emploi et de stage

http://www.esat-lestournesols.fr/fruits-et-legumes-bio…
07.72.51.63.19
benjamin.clebsattel@esat-lestournesols.fr
Page Facebook

Gilles et Mickaël MOULIN (Pondoir du Cours)

Éleveurs de poules pondeuses, ils distribuent leurs œufs en collectivités (hôpitaux, lycées, collèges), restaurants, auberges et bien d’autres.

06.83.08.74.98
gaec.reconnu-sous-la-roche@orange.fr

Emmanuel FRANCOIS

Apiculteur à Etival-Clairefontaine, il propose une large gamme de miels : Sapin AOP, Montagne ou Forêt, Fleurs et Crémeux.

06.29.79.68.70
lesbozzos@aol.com

Si vous êtes producteur sur le territoire et que vous souhaitez rejoindre la démarche du Projet Alimentaire Territorial du Pays de la Déodatie, n’hésitez pas à prendre contact avec nous !

Projet soutenu par les fonds européens LEADER

Contact :

Corinne CLASQUIN
Chargée de mission Alimentation
– – – 
cclasquin@deodatie.com
03.29.56.75.17

90 acteurs socio-professionnels touristiques formés en un an !

Parcours de formations « Vers une destination durable » :

90 acteurs socio-professionnels touristiques formés en un an !

Le Pays de la Déodatie, dans le cadre de son Contrat de Transition Écologique autour de l’adaptation au changement climatique du territoire, a coordonné en 2022 un parcours de formations pour accompagner les acteurs socio-professionnels touristiques « vers une destination durable ».

Ce parcours de 9 sessions de formations a été développé avec 9 partenaires et 22 intervenants :

  • le Club Vosgien de Saint-Dié-des-Vosges,
  • la Communauté d’agglomération de Saint-Dié-des-Vosges,
  • la Communauté de communes de Bruyères, Vallons des Vosges,
  • le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine,
  • l’association Etc…Terra,
  • l’Office National des Forêts,
  • l’Office du tourisme de Bruyères, Vallons des Vosges,
  • l’Office du tourisme intercommunal de Saint-Dié-des-Vosges,
  • le Parc naturel régional des Ballons des Vosges.


Entre décembre 2021 et novembre 2022, 90 participants ont pu être formés autour de la préservation des ressources en eau, des forêts, des tourbières, des espaces naturels protégés, ou encore autour des mobilités douces ou de l’usage des labels.

80% des répondants à l’enquête menée suite aux formations se considèrent plus conscients de la teneur et de l’ampleur des impacts du changement climatique sur notre territoire après avoir assisté à une session de formation. Et 75% des répondants considèrent avec ces formations disposer d’outils pour adapter leurs pratiques au changement climatique et à la vulnérabilité des sites et ressources naturels du territoire.

Et qu'en disent les participants des formations ?

Que retirez-vous de la formation ?

« J’ai découvert un site d’une autre manière que si je l’avais visité seule. Cette visite m’a permis également de faire des rencontres et d’échanger sur plusieurs points. Suite à cette visite je peux mieux parler et présenter le site à nos touristes. Dans le cadre de notre activité nous sommes les ambassadeurs de notre territoire. » [Pilar Dufour, Camping Verte Vallée, Xonrupt-Longemer]

« Je retire de ce parcours de nouveaux contacts, de nouveaux partenaires, les noms de producteurs locaux… » [Odile Jacques, Roulotte Le temps de rêver, Saint-Michel-sur-Meurthe]

Quels sont les points forts du parcours ?

« La qualité des intervenants, le fait d’avoir des acteurs locaux, et des participants à double casquette avec lesquels aussi échanger : les formations ont rassemblé une paire d’acteurs locaux sensibles et supers. » [Sandrine Jeandin, Gîte La souris des champs, Etival-Clairefontaine]

Pourquoi est-ce que vous vous engagez pour développer « une destination durable » ?

« C’est une évidence, et les gens que je loge sont aussi dans cette évidence-là : il y a un esprit particulier du lieu, c’est plus facile de sensibiliser » [Marine Antoine, Lieu Sur Terre, Viménil]

Contact :

Cécile HOULLÉ
Chargée de mission Adaptation au changement climatique
– – – 
03.29.52.45.82
choulle@deodatie.com

9ème édition DEFIDEO : 11 nouveaux Défibrillateurs Automatiques Externes

9ème édition de DEFIDEO

11 nouveaux Défibrillateurs Automatiques Externes

Suite au recensement lancé en mars 2022 auprès des 119 communes du territoire, le Pays de la Déodatie a lancé la 9ème édition du projet DEFIDEO.Cette action est portée par le PETR depuis 2010, en partenariat avec le club Cœur et santé de Saint-Dié des Vosges, l’Hôpital de Saint-Dié des Vosges et tous les acteurs concernés par la problématique.

Avec DEFIDEO, nous luttons contre l’arrêt cardiaque et espérons sauver des vies en aidant notamment les communes à s’équiper en Défibrillateurs Automatiques Externes (DAE).

Les 11 nouveaux DAE seront installés d’ici fin 2022 sur 7 communes (dont 3 nouvelles) du territoire du Pays de la Déodatie avec :

  • 1 DAE pour les communes de Bertrimoutier, Raon-Les-Leau et Saint-Léonard,
  • 2 DAE pour Fiménil (1 acheté par la commune et 1 acheté par la CSBI Saint Nicolas), Lépanges-sur-Vologne, Moyenmoutier, et Nayemont-les-Fosses.

Chaque commune a pu retirer son matériel auprès d’Isabelle BERTRAND, Secrétaire du Pays en charge du projet.

Au total, ce seront 137 DAE installés sur 85 communes du territoire Pays grâce à l’action DEFIDEO.

Outre la centralisation des commandes et l’achat groupé, le Pays de la Déodatie accompagne aussi les communes sur la signalétique (consignes d’utilisation), le contrôle des équipements et le renouvellement des consommable (batterie, électrode, …).

Ce service après-vente permet aux communes d’avoir des défibrillateurs opérationnels ; ce qui d’après les chiffres nationaux (30 à 40% des DAE installés sont hors service) n’est pas le cas dans tous les territoires.

Le Président du Pays, Aurélien BANSEPT et Pierre IMBERT, Vice-Président délégué à la santé et au social, se félicitent de la continuité de ce projet démarré en 2010 qui fera sûrement l’objet d’une 10ème édition en 2023.

Chaque année, 40 000 personnes sont victimes d’un arrêt cardiaque en France et le taux de survie lors d’un arrêt cardiaque n’est qu’au maximum de 8 % contre 40 % aux États-Unis, il reste donc une marge de progression importante avec notamment une meilleure sensibilisation du grand public et un accès à des formations pour l’utilisation des DAE.

Contact :

Isabelle BERTRAND
Secrétaire-comptable / Coordinatrice Défidéo
– – –
03.29.56.92.99
contact@deodatie.com

Articles – Défideo :

La requête actuelle ne contient aucun message. Veuillez vous assurer d’avoir publié les éléments correspondant à votre requête.

Mobilisation du foncier au service d’une agriculture de proximité

Mobilisation du foncier au service d’une agriculture de proximité

La richesse d’un territoire peut également être synonyme de difficulté. En zone de montagne, les contraintes naturelles sont le quotidien des exploitants agricoles et la pression foncière en est directement impactée.

Néanmoins, diversifier et augmenter la production agricole locale restent les deux leviers mis en lumière par le diagnostic du Pays de la Déodatie, pour relocaliser l’alimentation sur le territoire. Pour ce faire, l’objectif est de connaitre le foncier disponible et les moyens pour le mobiliser.

Objectifs de l'action

Mobiliser du foncier à destination de l’agriculture et ainsi faire levier dans les processus d’installation, transmission et développement et la diversification des exploitations agricoles.

Étapes

Étape n°1 : Approche des communes et approfondissement

  • Approche des communes du territoire :
    • Présentation du projet en conseil communautaire et conférence des maires
    • Questionnaire d’intérêt à destination des communes
  • Approfondissement avec les communes intéressées :
    • Combien : Il est estimé de manière aléatoire qu’environ 15 % du territoire va répondre favorablement
    • Thématiques abordées : le foncier, la disponibilité, l’environnement, les enjeux biodiversité, l’intégration dans le parcellaire, les projets pour ce parcellaire
    • Livrables : Une synthèse par commune et, le cas échéant, une fiche signalétique permettant d’identifier les sites pressentis pour une installation agricole

Étape n°2 : Identification du (ou des) porteur(s) de projet

L’installation agricole repose sur trois variables : le terrain, l’expérience et la cohérence avec le projet de la collectivité. Il est donc nécessaire de procéder par étape :

  • Définir l’offre : Concertation avec la commune (cf. étape 1)
  • Identifier l’agriculteur : Bases de données (TDL et partenaires), mise en ligne de l’offre
  • Recruter l’exploitant : Présentation aux élus des profils retenus par le comité de pilotage

Etape n°3 : Visite des sites apprenants

Journée de sensibilisation à destination de toutes les communes (mobilisées ou non). L’objectif est de présenter la démarche, d’apporter la parole d’experts sur les enjeux soulevés et de mettre en lumière, par une découverte de terrain, les actions menées par des communes inspirantes sur la question du foncier.

Etape n°4 : Visite des sites pressentis

  • Visite des sites réalisées par Terre de liens Lorraine
  • Diagnostic agronomique (étude de sol) pour 3 sites identifiés

A ce jour (février 2023), le PETR du Pays de la Déodatie et Terre de Liens Lorraine ont achevé les étapes 1 et 3 et engagé l’étape 2. Un déploiement est en cours sur de nouvelles communes pour 2023.

Contact :

Corinne CLASQUIN
Chargée de mission Alimentation
– – – 
cclasquin@deodatie.com
03.29.56.75.17