Du nouveau pour la connaissance des enjeux Trame Verte et Bleue

Contact :

Pauline BARRIER
Chargée de mission Trame Verte et Bleue
– – – 
pbarrier@deodatie.com
03.29.56.88.64

Du nouveau pour la connaissance des enjeux Trame Verte et Bleue

Diagnostic TVB mis à jour

Après un premier travail de diagnostic sur les continuités écologiques des prairies, forêts et cours d’eau, disponible depuis 2018, voici le complément avec les diagnostics des trames humides !

Le 3 cartes du diagnostic à télécharger :

Pour rappel, l’enjeu d’identification de la TVB est de connaître, pour mieux préserver les « réservoirs » et « corridors ». Les réservoirs sont les zones où les espèces animales et végétales vivent et se reproduisent et les corridors où les espèces se déplacent d’un réservoir à un autre.

Ce diagnostic n’a pas de portée réglementaire en l’absence de Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) mais sert de porter à connaissance pour tous les documents d’urbanisme en révision ou élaboration (PLU(i)) et tout autre document de planification (réglementation de boisement, aménagement forestier, charte d’aménagement d’une zone commerciale…).

Il sert également à tout porteur de projet pour intégrer les enjeux TVB dans son projet d’aménagement public ou privé. A ce titre, le Pays est là pour accompagner gratuitement à cette intégration (appui technique et administratif, notamment pour la recherche de financement).

Sylv’ACCTES, c’est parti !

Contact :

Pauline BARRIER
Chargée de mission Trame Verte et Bleue
– – – 
pbarrier@deodatie.com
 03.29.56.88.64

Sylv’ACCTES, c’est parti !

Lancement, ce mercredi 15 juin 2022, de l’élaboration du dispositif d’aides aux travaux sylvicoles en faveur de l’adaptation au changement climatique et en faveur de la préservation de l’environnement.

Territoire pilote du Grand Est

Dans le cadre de leur charte forestière, les PETR du Pays de la Déodatie et de Remiremont et de ses vallées ont décidé de répondre à l’appel à candidature régionale pour bénéficier d’un accompagnement par l’association Sylv’ACCTES. Les PETR ont donc été retenus et disposent de 2 ans (2022-2023) pour déployer le dispositif sur leur territoire.

Sur le Grand Est, seuls 7 territoires se sont lancés dans l’aventure, démontrant à nouveau le dynamisme des PETR  sur les questions d’adaptation au changement climatique !

Favoriser des itinéraires sylvicoles adaptés à nos enjeux environnementaux

Concrètement, Sylv’ACCTES travaille depuis plusieurs années au déploiement d’une plateforme mettant en relation :

  • des entreprises, des particuliers ou des collectivités donateurs, qui souhaitent investir dans l’avenir de nos forêts ;
  • des forestiers soucieux d’exploiter en cohérence avec les conditions climatiques de demain et en minimisant leurs impacts sur la biodiversité, les sols et l’eau.

Ce dispositif s’inscrit en complément des dispositifs existants (France Relance, label Bas Carbone…).

Pour plus d’informations :  www.sylvacctes.org

Dispositif défini par nous, pour nous

Toute la particularité de Sylv’ACCTES résulte de son mode de construction. En effet, chaque territoire définit localement, avec ses acteurs forestiers, les enjeux des forêts actuels et futurs.

Ainsi, plusieurs ateliers permettront la construction d’itinéraires sylvicoles (trajectoires de travaux et d’exploitation du bois) tenant compte de l’adaptation au changement climatique et de la préservation de l’environnement. Des itinéraires spécifiques aux zones humides ou aux zones scolytées pourront par exemple être proposés.

Ces aides financières seront également raisonnées avec les opérateurs de travaux pour estimer au plus juste les coûts des travaux.

TVB : Bilan 2021 – Étude de vulnérabilité des systèmes herbagers au changement climatique

- Trame Verte et Bleue -

Étude de vulnérabilité des systèmes herbagers au changement climatique

Nos prairies du Massif n’existent que par le maintien d’une activité agricole (pâturage ou fauche), sinon, elles disparaitraient au profil de forêts.

Cependant, ces prairies dites « permanentes » (= âgées de plus de 5 ans), ont souffert des années de sècheresse. Le PETR, dans le cadre de son Contrat de Transition Écologique (CTE), a commandité une étude à l’Université de Lorraine pour en savoir plus sur l’avenir de ses prairies et des systèmes agricoles associés.

Cette étude innovante a évalué de 1989 à 2100 la performance agronomique (bilan fourrager) et économique (critères comptables) de 7 exploitations laitières du Massif. 2 scénarii climatiques et 5 scénarii techniques ont été testés.



Ce que l’on peut retenir des résultats de cette étude :


Sur la performance agronomique

  • La production fourragère moyenne du territoire se maintiendra d’ici à 2100, mais avec une variabilité interannuelle croissante.

  • La vulnérabilité des exploitations sera assez variable selon le type de ressources (prairies plus ou moins productives en fonction des critères pédoclimatiques) dont elles disposent, créant des situations favorables et d’autres défavorables.

  • Les exploitations utilisant du maïs et des prairies temporaires et intensifiant ces surfaces verront leur bilan fourrager s’améliorer. Cependant, elles auront de fortes variations interannuelles, ce qui présente un risque économique associé fort (grosses charges et faibles recettes les mauvaises années). De plus, cette intensification impacterait négativement la biodiversité et la séquestration de carbone. Les exploitations utilisant exclusivement de la prairie permanente maintiendront leur production.

  • La production des prairies permanentes et temporaires sera plus précoce et se concentrera plus au printemps, avec une incertitude sur la possibilité de récolter cette herbe (portance des sols) et de faire du foin.

  • Le pâturage estival (après le 15 juillet) deviendra de plus en plus aléatoire.

  

Sur la performance économique

  • La vulnérabilité économique dépend plus des choix techniques que des scénarios climatiques.

  • Contrairement à la performance agronomique, le scénario d’intensification n’est pas le plus favorable en termes de performance économique.

  • Le scénario « Sobriété » est le plus favorable sur le plan économique. II associe un ajustement du cheptel aux ressources, un maintien des prairies permanentes, une maîtrise des coûts de production et une forte valorisation du lait par la transformation à la ferme.

  • Que ce soit en termes d’économie ou de production fourragère, le scénario « Business as Usual », qui consiste à ne rien changer aux systèmes, est toujours le plus défavorable.


En conclusion, il semble important de bien étudier à la fois les choix techniques et économiques pour avoir une vision au plus juste concernant l’avenir de ces systèmes. 

Pour plus d'informations :

Pauline BARRIER
Chargée de mission Trame Verte et Bleue
– – –
☎ 03.29.56.88.64
✉ pbarrier@deodatie.com

Retour sur la semaine du paysage 2021 !

Retour sur la semaine du paysage 2021

Le Pays de la Déodatie a participé à la Semaine du Paysage de la Communauté de communes des Hautes Vosges les 23 et 30 mai derniers sur le thème : Changement de temps, tant de changements…

Le 23 mai, nous avons discuté du futur des prairies face au changement climatique lors d’une balade à Champdray.
Le 30 mai, nous avons débattu du futur des forêts lors d’une balade à Gérardmer, en collaboration avec l’Office National des Forêts.

Nous pouvons retenir que nos prairies et forêts vont considérablement changer avec l’augmentation des températures, la baisse des précipitations l’été… mais que nous pouvons également mettre en œuvre de nombreuses actions pour les adapter au mieux : diversification des essences cultivées, modification des pratiques des agriculteurs et des forestiers, sensibilisation des locaux et des touristes… Beaucoup d’actions sont déjà en œuvre !