Foire aux questions

- ADAPTATION ET CLIMAT -

Foire aux questions

Ce dispositif proposé par le ministère chargé de la transition écologique permet de proposer une stratégie globale autour d’un fil rouge de la transition écologique sur le territoire, en mettant en lien un maximum d’acteurs.

En Déodatie, ce Contrat de Transition Ecologique (CTE) a été signé le 30 janvier 2020 par le PETR du Pays de la Déodatie, la Communauté de communes de Bruyères, Vallons des Vosges, la Communauté d’agglomération de Saint-Dié-des-Vosges, l’Etat représenté par la préfecture des Vosges, le département des Vosges, la Région Grand Est, le Parc naturel régional des Ballons des Vosges, l’ADEME, l’Agence de l’Eau Rhin Meuse et la Banque des Territoires.

Le fil rouge de notre CTE est l’adaptation au changement climatique.

Concrètement, ce CTE permet de :
  • Mettre autour de la table toutes les parties prenantes du territoire pour réfléchir à l’adaptation au changement climatique,
  • Faciliter la relation avec les partenaires financeurs,
  • Communiquer sur les actions exemplaires d’adaptation en Déodatie.

S’adapter au changement climatique, c’est ajuster nos modes de vie et nos activités au climat actuel et futur, ainsi qu’à ses conséquences :

  • En réduisant la vulnérabilité de notre société face aux effets préjudiciables de ce changement ;
  • En saisissant les opportunités qui peuvent en découler ;
  • En intervenant, dans certains cas, pour faciliter l’adaptation des systèmes naturels.

La vulnérabilité au changement climatique correspond au degré auquel les éléments d’un système (comme les habitants, les réseaux et équipements du territoire, le patrimoine bâti et naturel…) sont affectés par les effets défavorables du changement climatique.

La vulnérabilité est fonction de l’exposition et de la sensibilité. L’exposition se définit par la nature, l’ampleur et le rythme de variation du climat à laquelle est exposée notre territoire. La sensibilité est la propension à être affecté favorablement ou défavorablement par la manifestation d’un aléa (phénomène physique ou activité humaine pouvant occasionner des dommages aux systèmes humains ou environnementaux).

En résumé : vulnérabilité au changement climatique = exposition (la modification du climat localement) x sensibilité (les caractéristiques du territoire jouant sur sa propension à être affecté par cette modification du climat et ses conséquences).

Entre 1980 et 2019, les températures moyennes annuelles sur le territoire ont déjà augmenté de +1,5°C. Les précipitations ont été très variables d’une année sur l’autre, avec un bilan hydrique généralement en déficit l’été avec des années de fortes sécheresses (2003, 2015, 2018, 2019).

La hausse des températures va se poursuivre : entre +1,5 et +2,6°C d’ici 2050 et +2,8 et +4,6°C d’ici 2100. On pourra connaître des hausses de température jusqu’à +6°C au mois de juin, juillet et août en 2100.

Les précipitations resteront stables au niveau annuel, avec de plus fortes précipitations l’hiver et un bilan hydrique dégradé de juin à octobre.

La durée des vagues de chaleur va également augmenter. Elle était de 15 jours entre 1980 et 2019, elle va passer à 39 à 60 jours d’ici 2050 et à 69 à 123 d’ici 2100.

Que faire face à ce scénario alarmant d’évolution de notre climat vosgien ? Et bien, s’adapter au changement climatique, tout en continuant à agir pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et ainsi l’intensité du changement climatique !

Le PETR du Pays de la Déodatie joue le rôle d’un facilitateur sur le territoire. Comme un bureau d’études public, il réfléchit aux stratégies de développement du territoire sur le long terme. Il conduit des études, réalise des diagnostics, mène des concertations, accompagne les acteurs locaux autour du développement durable du territoire et de la transition écologique.

C’est tout naturellement que le PETR a donc saisi l’opportunité du Contrat de Transition Ecologique pour mener l’élaboration d’une stratégie d’adaptation au changement climatique sur le territoire. Il joue ainsi son rôle d’accompagnateur sur un axe de travail nouveau et central pour la pérennité de notre territoire et de ses activités.

Concrètement, le travail mené autour du CTE se divise en plusieurs phases :

  • Diagnostic : une étude menée en 2020 sur la vulnérabilité globale du territoire a permis de conforter et enrichir les axes de travail du CTE : cadre de vie, agriculture, forêt, tourisme, eau, santé en définissant pour chaque thématique les facteurs de vulnérabilité
  • Concertation autour d’une stratégie : à la suite du diagnostic, une stratégie d’adaptation a été élaborée avec des objectifs prioritaires d’adaptation pour chaque thématique de travail
  • Construction d’actions pertinentes : pour répondre aux objectifs d’adaptation, des actions sont imaginées avec les différents acteurs du territoire et partenaires : définition technique de l’action, mise en relation avec d’autres actions et partenaires, recherche de financements, définition des objectifs, du calendrier et des indicateurs de suivi de l’action…
  • Mise en place des actions : quand les actions sont bien construites, ça y est, elles sont mises en œuvre !
  • Evaluation et valorisation : les actions sont enfin évaluées : ont-elles atteint leurs objectifs et pour quelles raisons ? et les résultats positifs comme négatifs sont partagés avec d’autres pour pouvoir en tirer les enseignements.

Vous avez encore des questions sur l’adaptation au changement climatique et notre démarche ?
Contactez-nous aux coordonnées suivantes : fmattio@deodatie.com, 03.29.56.91.14

On se fera un plaisir de vous répondre et d’enrichir cette Foire Aux Questions !

Fleur MATTIO
Chargée de mission Climat, Énergie, Transition Écologique
– – –
☎ 03.29.56.91.14
✉ fmattio@deodatie.com

Les commentaires sont clos.